Accueil > Actualités > Le Centre de documentation

Le Centre de documentation

Les dernières acquisitions

Le Centre de documentation réunit près de 2000 ouvrages sur le monde du travail, ses mutations et plus généralement ses liens avec la Culture et les politiques publiques dans toutes les disciplines : sciences sociales, philosophie, romans, poésie, arts, etc...

Le travail passionné
L’engagement artistique, sportif ou politique
Sous la direction de Nathalie Leroux et Marc Loriol, éd. Érès, 2015

Le travail, pour quoi faire ?
Revue ZADIG, n°3, Automne 2019

Résidences d’artistes en entreprises
éd. Ministère de la Culture, éd. Mécènes du Sud, 2019

Potentiel du sinistre
Thomas Coppey, éd. Actes Sud, 2013

Le Centre de documentation, aménagé dans un espace convivial, réunit en un seul endroit pas moins de 1600 ouvrages, la plupart sur le monde du travail, ses mutations et plus généralement ses liens avec la Culture et les politiques publiques, ceci dans toutes les disciplines : sciences sociales, philosophie, romans, poésie, arts, etc...).

Le travail passionné.
L’engagement artistique, sportif ou politique

Sous la direction de Nathalie Leroux et Marc Loriol, éd. Érès, 2015

Dans un monde du travail de plus en plus individualisé, où l’attente d’engagement et d’investissement est toujours plus forte, où les salariés aspirent d’avantage à réaliser des activités qui ont du sens et pour lesquelles ils sont reconnus, la question de la passion au travail devient essentielle. Mais elle est ambivalente : être payé pour réaliser sa passion est à la fois une chance que les salariés apprécient, mais aussi un risque de surinvestissement, d’épuisement professionnel face à une injonction angoissante à en faire toujours plus.
Les auteurs ont mené des recherches en sociologie du travail et clinique de l’activité dans trois domaines emblématiques du travail passionné : l’art, le sport, la politique. Pour eux, ramener la passion à un « rêve d’enfance » ou à une question de personnalité ne suffit pas pour en comprendre les ressorts et les enjeux. Ils analysent des trajectoires individuelles, leurs dynamiques identitaires, mais aussi les logiques professionnelles et organisationnelles dans lesquelles elles se déploient et plus largement les mutations des valeurs au travail.

Le travail, pour quoi faire ?
Revue ZADIG, n°3, Automne 2019

Si les Français lui accordent toujours une grande importance, ils ne cessent de s’interroger : vont-ils (pouvoir) le garder ? Doivent-ils en changer ? Leur métier a-t-il encore du sens ? Quelles perspectives offrir aux plus jeunes, aux plus âgés, aux moins qualifiés, à une époque où partager le travail semble relever des utopies d’avant la crise de l’emploi ? Perspectives et réponses dans le dossier central de ce numéro : « Le travail, pour quoi faire ? »
Plus d’informations

Résidences d’artistes en entreprises
éd. Ministère de la Culture, éd. Mécènes du Sud, 2019

Les résidences en entreprises ouvrent des fenêtres par lesquelles chacun aura la chance de voir différemment ce qui lui est si familier qu’il ne les regarde plus. Cette rencontre avec l’art met la sensibilité au coeur des échanges. L’altérité s’y présente comme richesse. Mais comment accueillir, dans le quotidien d’une entreprise, un projet de recherche artistique quand l’art y apparaît comme une anomalie ? Pour un dirigeant, comment se l’approprier sans le manager ? Comment le partager ? Mécènes du sud Aix-Marseille, collectif d’acteurs économiques, expérimente depuis plus de quinze ans le lien entre art et entreprise. Cette publication rassemble des textes exprimant les points de vue du dirigeant, de l’artiste, du salarié et du médiateur, une revue des résidences menées en 2017/2018 à l’initiative du ministère de la Culture, et s’enrichit d’un guide pratique qui, loin de délivrer une recette, transmet un état d’esprit, suggérant que toute résidence est une expérience unique.

Potentiel du sinistre
Thomas Coppey, éd. Actes Sud, 2013

Jusqu’à présent, Chanard a mené la vie d’un ingénieur financier sans défauts, celle d’un employé compétent dans sa branche, porté par des valeurs de performance, d’excellence et d’innovation. Aussi, concevoir le schéma financier permettant de miser des capitaux sur les catastrophes naturelles ne lui semble pas extravagant. Devoir attendre qu’un sinistre survienne pour démontrer la pertinence du schéma n’a en revanche rien de confortable. D’autant qu’il faut une catastrophe colossale, qui batte tous les records. Il faut le désastre du siècle...
La force et la subtilité de ce roman résident dans la restitution d’un discours. L’auteur démonte avec brio quelques concepts chers au management. Il s’empare de toute une phraséologie d’entreprise, montrant sa froideur rationnelle et sa logique implacable aussi bien que sa propension à déborder du champ professionnel pour imprégner jusqu’à la vie intime des aspirants à la réussite.

Plus d’informations sur le Centre de documentation