Sainte-Barbe : regards croisés sur l’immigration marocaine

dimanche 5 décembre - 14:30 - Centre Historique Minier de Lewarde - Lewarde

À l’occasion de la Sainte-Barbe, patronne des mineurs, regards croisés autour de l’histoire des Marocains venus travailler en France à partir des années 1950 : Le ventre des hommes , roman de Samira El Ayachi et La vie devant nous, documentaire de Frédéric Laffont, projeté en avant-première, en présence du réalisateur, d’Ariane Chemin, co-autrice, de Mariame Tighanimine, chercheuse, et de plusieurs témoins.

Le ventre des hommes

Le soir tombe sur les corons du nord de la France, et une fratrie se presse devant l’écran de télévision. Soudain apparaît le visage attendu : celui du père. Qu’y raconte-t-il ? À l’époque, personne ne s’en soucie vraiment. Ce n’est qu’une fois adulte qu’Hannah, devenue enseignante et aux prises avec les règles imposées, découvrira l’histoire incroyable de son père et d’un groupe d’hommes venus du sud du Maroc pour travailler dans les mines de charbon. À travers ce roman, Samira El Ayachi lève le voile sur un pan méconnu de notre histoire collective, celui de la course à l’énergie au tournant des années 1970, du combat de trois mille hommes pour faire valoir leurs droits, et nous pose cette question : «  Que reste-t-il du pouvoir de transgression que nous lègue l’enfance ?  »

L’auteure de ce roman, Samira El Ayachi est née à Lens en 1979. Elle se consacre à l’écriture et collabore avec le spectacle vivant. Elle a notamment publié, chez le même éditeur, Les femmes sont occupées.

La vie devant nous

Dans les années 60 et 70, Félix Mora sillonne le sud du Maroc à la recherche de muscles pour fermer, à bas coût, les mines de France. Les crieurs du Royaume annoncent son arrivée à des cohortes de candidats à l’exil. Tampon vert apposé sur les torses nus : la France, tampon rouge : le village et la honte. Mora aurait ainsi recruté plus de 80.000 mineurs pour le Nord et la Lorraine.

Après les fermetures des mines, les « Mora » ont connu les chaînes de l’industrie automobile et sont devenus les témoins des transformations du travail. Ils sont les travailleurs de la fin d’une France industrielle pourvoyeuse d’emplois, la fin d’un monde. Nulle nostalgie pour ces retraités souvent enjoués, fiers et conscients de leur sort. Les mineurs d’hier ont des enfants et des petits-enfants. Ils ont donné naissance à plus de 600 000 Français. C’est une histoire de France, méconnue, et celle de ses enfants.

La vie devant nous est un film au présent, un antidote aux poisons identitaires de l’époque, une invitation à la nuance à travers un récit où se mêlent travail, exploitation, dignité et rêves accomplis…

LIEU :
Musée de la mine du Nord-Pas de Calais
Centre d’archives - Centre de culture scientifique de l’énergie
Fosse Delloye – rue d’Erchin
59287 Lewarde

En savoir plus