Travail et Culture

L’ESCAUT EN DEVENIR

vendredi 21 décembre 2012 par Travail et Culture

Projet transfrontalier 2009-2017
OISE / ARTOIS / CAMBRÉSIS / VALENCIENNOIS / BELGIQUE (Wallonie et Flandre)

Évolution des métiers sur le territoire de l’Escaut : métiers de la voie d’eau et métiers des entreprises des rives de l’Escaut. Quels métiers ? Quelles évolutions ? Comment accompagner ces évolutions ? Quels apprentissages pour une appropriation de la voie d’eau par l’ensemble des acteurs ?

La problématique du travail consiste donc à éclairer comment des projets culturels partagés, donnant à voir les métiers autour de la voie d’eau, leurs contraintes et enjeux comme leurs évolutions, peuvent permettre le développement d’une culture du fluvial, susceptible d’initier ou conforter les apprentissages nécessaires à l’appropriation de la voie d’eau par l’ensemble des acteurs intéressés. Le projet défend donc l’idée que l’appropriation de la voie d’eau par l’ensemble des acteurs (au titre des stratégies de transport pour les chargeurs, des stratégies de développement pour les prestataires et opérateurs de plates-formes, ou des stratégies d’aménagement pour les acteurs publics) suppose des évolutions des métiers et des activités exercés, qui impactent les groupes professionnels et les collectifs de travail. En éclairant les caractéristiques (sociologiques, ergonomiques et territoriales) et les déterminants de ces métiers et activités, nous identifions les ressorts de ces possibles évolutions. Nous proposons enfin de partager cette connaissance entre tous les acteurs autour de projets culturels, donnant à voir les métiers autour de la voie d’eau, et travaillons à formaliser par l’expression culturelle de nouveaux référentiels de métiers et d’activités.

OBJECTIFS

Cette analyse nécessite d’une part de connaître les professionnels qui mettent en œuvre ces activités, de comprendre leurs caractéristiques, leurs cadres cognitifs de référence et les groupes professionnels auxquels ils appartiennent. D’autre part, elle suppose d’éclairer les tâches qu’effectuent des agents, et les déterminants de ces tâches, au regard notamment de l’organisation du collectif de travail.

Le travail interrogera également le rôle du territoire sur les caractéristiques des professionnels (de transport, logistique ou d’aménagement) et des activités qu’ils exercent. Le projet comparera les métiers et activités de l’ensemble des acteurs ayant vocation à s’approprier la voie d’eau, mais aussi les métiers et activités où des changements ont déjà pu être observés et des métiers et activités n’ayant pas encore opéré d’évolutions. La comparaison des territoires interrogera les différences entre la France et la Belgique dans la définition des métiers et des activités autour du fluvial. Le projet reposera sur le travail croisé des chercheurs et des artistes, dans le cadre de résidences d’artistes ainsi que de résidences de chercheurs.

DÉMARCHE

Le projet s’efforcera de construire une culture partagée du fluvial par l’ensemble de ces acteurs, intégrant les nécessaires évolutions des métiers et les enjeux spécifiques à chacun des acteurs par :

  • La création de représentations de ce monde du travail en évolution par le biais de résidences d’artistes et de créations artistique sur le travail,
  • Un travail de recherche en partenariat avec l’IFSTTAR (Institut français des Sciences et Technologies des Transports, de l’Aménagement et des Réseaux), et le CEREMA Nord – Picardie (Centre d’Étude et d’Expertise sur les Risques, l’Environnement, la Mobilité et l’Aménagement),
  • Des Ateliers vidéo et d’étymologie poétique permettant une réflexion autour des enjeux liés aux mutations du travail avec les salariés dans divers milieux professionnels,
  • L’organisation de manifestations culturelles réunissant tous les acteurs concernés : restitution d’étapes du travail artistique et scientifique suivie d’échanges et de réflexions.

Création de représentations du monde du travail par le biais de résidences d’artistes

Les artistes sillonnent le territoire de l’Escaut et s’implantent dans les communes et entreprises de la voie d’eau et de ses rives. Ils rencontreront les populations salariées et habitantes des communes partenaires. Leurs paroles serviront de matière première à la création des œuvres. Les regards croisés des artistes et des chercheurs sur le monde du travail du territoire de l’Escaut se compléteront, s’alimenteront, se confronteront.

Les intentions du projet nécessitent la mobilisation d’expressions, d’expériences, de paroles dispersées, fractionnées sur ce territoire de travail transfrontalier.

Le territoire abordé par le projet est autant géographique (le canal transfrontalier de l’Escaut) qu’économique et sociologique (l’univers du travail). Il s’agit donc d’organiser les résidences artistiques à l’intérieur des entreprises ainsi que sur le territoire géographique plus large de l’Escaut.

Les résultats des résidences d’artistes prendront la forme d’un spectacle de danse, de plusieurs expositions de photographies, d’une vidéo/Art et d’une création sonore,

Les artistes :

Une vidéaste : Lorena Zilleruelo travaille sur « Le temps d’un fleuve »
Un créateur sonore : Alexandre del Torchio créera la bande sonore de la vidéo
Un photographe : François Bodart travaille sur « Les gestes du travail »
Un chorégraphe : Hartmut Reichel

Un travail de recherche en partenariat avec l’IFSTTAR/SPLOTT et le CEREMA

Institut français des Sciences et Technologies des Transports, de l’Aménagement et des Réseaux Unité de Recherche Systèmes Productifs, Logistique, Organisation des Transports et Travail))

Une équipe de chercheurs spécialement mobilisés pour ce projet (issus des laboratoires de recherche français IFSTTAR et CEREMA accompagnés par l’ITB pour la Belgique), ont commencé leurs travaux auprès de ces cinq grands groupes d’acteurs : les bateliers, les gestionnaires de la voie d’eau (VNF, WenZ en Flandre, Voies , Hydrauliques en Wallonie), les plate-formes multimodales et de logistique qui organisent le transport pour les chargeurs, les chargeurs qui utilisent le transport fluvial pour acheminer leurs marchandises, les aménageurs dont les collectivités territoriales avec les problématiques suivantes :

- Quelle autonomie pour les grands entrepreneurs artisanaux du transport fluvial ?
Reinhard GRESSEL, sociologue, chercheur à l’IFSTTAR – SPLOTT.

- Transporter les marchandises par voie d’eau, cela semble si simple...
Patrick NIÉRAT, économiste, chercheur à l’IFSTTAR – SPLOTT.

- L’imprévu permanent ou la gestion au quotidien d’une chaîne logistique.
Christophe MUNDUTÉGUY, chercheur en ergonomie à l’IFSTTAR – SPLOTT.

- L’aménagement des rives de l’Escaut : un long fleuve tranquille ?
Ludovic VAILLANT, économiste, chercheur au CEREMA (Centre d’Études et d’expertise sur les Risques, l’Environnement, la Mobilité et l’Aménagement) Nord Picardie.

- L’Escaut comme espace linguistique. Les bateliers et leurs pratiques linguistiques professionnelles
dans un contexte transfrontalier.
Antoine BEYER, géographe, chercheur à l’IFSTTAR – SPLOTT, Université de Cergy Pontoise,

- Le métier de logisticien et le choix de la voie d’eau.
Jean FINEZ, sociologue, postdoctorant à l’IFSTTAR – SPLOTT.

Les chercheurs :

Corinne BLANQUART, chercheur, économiste
Reinhard GRESSEL, sociologue
Patrick NIÉRAT, économiste
Christophe MUNDUTÉGUY, chercheur en ergonomie
Ludovic VAILLANT, économiste
Jean FINEZ, sociologue, postdoctorant
Charlotte PAUL, sociologue (en cours)

Ateliers permettant une réflexion autour des enjeux liés aux mutations du travail dans divers milieux professionnels pour les salariés et habitants des communes

- Ateliers vidéo  

Les ATELIERS VIDEO sont réservés aux salariés de différentes communautés de travail ; ce travail sera encadré par la vidéaste en résidence : Lorena Zilleruelo. Les participants prendront la caméra et créeront des films qui feront appel à leur subjectivité pour parler tant de leur métier et des évolutions que des communes dans lesquelles ils habitent.

Les participants : constitution des groupes pour les Ateliers vidéo « Filmer le travail »

Il s’agit de donner la caméra aux salariés, de les former à l’utilisation de l’outil, et les aider à construire un petit film qui exprimera la place et le sens du travail dans leur vie.
Différentes rencontres avec la vidéaste et des salariés/habitants permettent de déterminer la mise en œuvre de ces ateliers.
Quatre domaines d’activités ont été choisis en lien avec les différents territoires de vie :
- Les mariniers,
- Les éclusiers et agents de maintenance de VNF,
- Les métiers des plates-formes multimodales (logisticiens, manutentionnaires),
- Les métiers chez les chargeurs (automobile, aciéries, tuberies, céréaliers, etc.).

Nous rencontrons une personne de chaque communauté de travail qui nous met en relation avec d’autres personnes de sa communauté de travail. Par exemple un « mainteneur » (agent de maintenance) nous a mis en relation avec toute son équipe au nombre de 9 pour un travail collectif. Les éclusiers sont au nombre de 24.

Chaque atelier réunira entre 2 et 10 personnes :
- 2 couples de mariniers + matelots : 6 personnes concernées
- 9 agents de maintenance de VNF
- 24 éclusiers
- 2 plates-formes multimodales : 20 salariés concernés
- 5 entreprises : 5 à 20 salariés concernés

- Ateliers « Étymologie poétique » sur le sens du travail donné par les salariés ou jeunes en formation

L’équipe pluridisciplinaire « Étymologie poétique » interviendra auprès de plusieurs groupes composés de jeunes en formation, d’étudiants, de salariés (cadres, agents de maîtrise, ouvriers) etc. , pour travailler sur le sens des mots du Travail. En explorant leurs histoires, leurs usages, leurs sonorités, leurs formes, ces mots diront probablement quelque chose des représentations possibles du Travail par les populations concernées.

Organisation d’événements incitant la réflexion en réunissant tous les acteurs concernés.

Nous organiserons différents événements pour mobiliser les différents acteurs (rencontres, séminaires, colloques, etc.), ceux qui gèrent la voie d’eau (VNF, WenZ en Flandre, Voies Hydrauliques en Wallonie), les plate-formes multimodales ; qui organisent le transport de A à Z pour les chargeurs qui utilisent le transport fluvial pour acheminer ou importer leurs marchandises ainsi que ceux qui aménagent le territoire, dont les collectivités territoriales.

Ce sera l’occasion de la PRÉSENTATION D’ÉTAPES DE TRAVAIL des artistes et des chercheurs
suivies d’échanges avec le public en présence des protagonistes.
Le contenu de ces étapes sera ancré dans les territoires et de ce qui y est vécu, de ce qui est questionné. Ces échanges alimenteront le travail des protagonistes.

TEC/CRIAC (Travail et Culture) travaille sur ce territoire transfrontalier depuis 2009 et a développé une connaissance très affinée de l’ensemble de ses acteurs et de leurs problématiques liées au travail. L’association a choisi de s’associer à deux centres de formation belges qui forment les bateliers de demain (CEFA en Wallonie et De Scheepvaartschool/Centflumarin en Flandre) pour développer le projet « Le fluvial en devenir » (INTERREG V France-Wallonie-Wlaanderen) dont elle sera chef de file.

TEC/CRIAC (Travail et Culture) accompagnera ces centres dans l’exploration et la connaissance de ce territoire transfrontalier de la Picardie jusqu’au Port d’Anvers et de ses différents acteurs dans une dynamique transversale. Ce travail sera intégré à leur programme de formation, ils seront à la fois acteurs (opérateurs) et sujets du projet :

- Visite de plate-formes multimodales (Contargo) et ports (Gand, Anvers), découverte des différents métiers liés à la batellerie et échanges avec les personnes qui les exercent : grutiers, logisticiens, chefs d’entreprise, etc.

- Rencontre avec les différents chercheurs engagés dans le projet : 3 sociologues du travail, 1 géographe, 2 économistes, 1 ergonome, ainsi que l’ITB

- Rencontre, de la même manière, avec les différents acteurs des voies navigables en France, en Wallonie et en Flandre (éclusiers, agents d’entretien et de maintenance de la voies d’eau, avec les directions, etc.)

- Rencontre avec différents chargeurs qui utilisent le transport fluvial en France et en Belgique (Toyota, Carrières du Tournaisis, cimenterie, céréaliers, etc.)

Après cette première phase de découverte du territoire, de ses acteurs et des enjeux propres au travail et d’une première étape du travail scientifique et artistique, TEC/CRIAC, le CEFA et CENFUMARIN organiseront ensemble les différentes rencontres entre acteurs du territoire.

PRODUCTIONS ARTISTIQUES EN DIFFUSION

Issues des rencontres avec les populations

Novembre 2013 : Opéra Escaut, Opéra Industriel au fil de l’eau

Mise en scène de Christophe Piret.

Des voix lyriques et des voix plus rock’n roll se mêlent aux sons des guitares électriques et aux échos des entreprises voisines, afin de créer la mélodie des espaces industriels, des métiers, des gestes du travail.

Nous nous sommes intéressés au canal de l’Escaut. A cette future « autoroute » Seine-Nord pensée pour les flux industriels et commerciaux contemporains et qui bouleverse, bouleversera, la vie des rives.

Celle de ses habitants et leurs rites ordinaires. Et aussi l’amplitude, la nature, des activités économiques. Elle est « rêvée » pour cela en tous cas. Il y a de la tragédie et de la musique là-dedans. Parce que les usines et entreprises en tout genre obligées de naviguer dans les flots mouvants des réalités des marchés d’aujourd’hui, sont une musique, des musiques.

Les diverses machines utilisées génèrent des sons singuliers. Le travail, des rythmes.
Voir le programme complet et voir le livret spectateur de l’Opéra

Juin 2013 : Édition des textes reçus pour le concours d’écriture avec le prix spécial sur l’Escaut et le travail

Concours d’écriture de nouvelles sur la thématique de l’Escaut et du travail en partenariat avec la Médiathèque de Bruay-sur-Escaut (Valenciennes Métropole), la Médiathèque de l’Ostrevent à Bouchain (Porte du Hainaut) et la Bibliothèque d’Antoing (BE). Vous pouvez emprunter cet ouvrage dans toutes les bibliothèques de la Porte du Hainaut et de Valenciennes Métropole. Vous pouvez également consulter chaque nouvelle ci dessous en cliquant sur chaque titre.

Lauréat du concours : Les couleurs du fleuve d’Alain Lan Yan Fock.

Les textes reçus :

- Hirondelle de Dominique Taureau

- La Marie Valeer de Françoise Lison-Leroy

- La musique du fleuve d’Henri Kléber-Gobron

- L’histoire du matelot de Claude Ronnaux

- Peintures à accrocher aux cimaises du vent de Claudette Saintehuile

- Retour aux sources de Jacques Verhaeren

- Station 32 de Daniel Barbez

- Voix d’eaux autour de l’Escaut de Philippe Bénard.

Du 15 juin au 15 octobre 2013
Exposition de photographies grand format de Xavier Cornu visible à proximité des entreprises sur les bords de l’Escaut en France et en Belgique. Voir toutes les infos >ici

Avril 2013, Édition de "carnets d’aventuriers" suite à un échange scolaire franco-belge

Les ateliers en milieu scolaire ont pris la forme d’échanges entre les écoles primaires de Péronnes-lez-Antoing (BE) et de Mortagne du Nord (FR) qui ont en commun le monde du fleuve, de part et d’autre de la frontière mais également d’échanges de pratiques artistiques, en classe et en extérieur, autour de la thématique de l’Escaut et des identités, communes et
distinctes, propres aux habitants de ce territoire.

Mars 2013, Édition des actes d’une conférence sur le fluvial. Le fluvial : Quelles transformations pour les territoires, quelles évolutions pour les populations ?
Quatorze intervenants dont des chercheurs de l’Institut français des Sciences et Technologies des Transports, de l’Aménagement et des Réseaux, des chefs d’entreprises, des syndicalistes. Ce compte-rendu est accompagné d’un poème de Jacques Jouet "Mariniers, éclusiers", écrit durant sa résidence.

Ce livre "Le fluvial en devenir" est publié aux Éditions La Contre Allée, 2013.

Télécharger "Le fluvial en devenir " > ici

Septembre 2012, Une création radiophonique "Paroles d’Escaut", documentaires radiophoniques de Christine Van Acker. En diffusion sur les ondes des radios françaises et belges depuis septembre 2012

Elles sont composées d’entretiens que Christine Van Acker a réalisé avec des salariés d’entreprises des rives de l’Escaut et des habitants : éclusiers, mariniers, ouvriers, entrepreneurs, pontiers, sociologues, syndicalistes, ancienne gérante de café, un boucher… des réactions de personnes touchées de près ou de loin par les mutations futures de l’Escaut. Pour écouter "Paroles d’Escaut", cliquer >ici

Octobre 2011, Un roman noir "Cris de mes chats le dimanche", de Jacques Jouet, Éditions BALEINE, Collection Le Poulpe

"Cris de mes chats le dimanche" fait écho au livre de Jean-Bernard Pouy "Cinq bières, deux rhums" qui se déroule sur le même territoire, celui que l’Escaut traverse.
Il s’agit pour Gabriel Lecouvreur dit Le Poulpe de faire une pause, c’est l’occasion d’un voyage en péniche sur l’Escaut entre France et Belgique. Il naviguera en compagnie d’un couple de mariniers dans leur bateau, outil de travail et maison.

Mai 2010, Un livre photographies / textes « Bord à Canal », textes de Jean-Bernard Pouy, photographies de Yohanne Lamoulère - Éditions Invenit

Portrait du territoire de l’Escaut : territoire de travail, territoire de vie, de Bouchain en France à Antoing en Belgique en passant par Valenciennes.

Juin 2010, Un spectacle « Les Voix de l’Escaut »
Mise en scène de Christophe Moyer, avec Sophie Descamps et Pierre Boudeulle (comédiens), joué 18 fois dans les communes des Communautés d’Agglomérations de Valenciennes Métropole et de la Porte du Hainaut ainsi qu’en Wallonie picarde.

Une dispute qui évoque l’avenir du territoire de l’Escaut, selon les différents points de vue des populations de ce territoire (salariés, habitants, élus, chercheurs).

Octobre 2009, Un roman noir « Cinq bières, Deux rhums » de Jean-Bernard Pouy - Collection Le Poulpe, Éditions BALEINE.

Un cadavre est retrouvé dans les immenses tas de ferraille de l’usine sidérurgique Vallourec à Saint-Saulve, un autre bloque une écluse de l’Escaut... Une enquête, un voyage dans les entreprises et les communes du Valenciennois traversées par l’Escaut.

   

MANIFESTATIONS CULTURELLES

Trois soirées avec Jacques Jouet au Phénix, scène nationale de Valenciennes :

- Voir l’Oulipo gagne le Nord - le 16 février 2012.

- Voir la joute littéraire Jacques Jouet et Bart Van Loo, l’Escaut et la Schelde - le 10 avril 2012.

- Écouter l’émission de France Culture "Des Papous dans la tête" en public à Valenciennes - 1ere partie - 2ème partie - 3ème partie - le 02 juin 2012.

 ;    
 
       

Atelier d’écriture oulipien itinérant animé par Robert Rapilly

- Sonnets de sonnettes à Chercq (randonnée en vélo du 10 juin 2012).


Le blog des ateliers d’écriture itinérants sur les rives de l’Escaut

- http://ateliersecriture-rivesdeescaut.blogspot.fr/


Article de presse sur les ateliers d’écriture itinérants sur les rives de l’Escaut dans le Valenciennois

- Article de presse publié dans le Valenciennes Métropole, le journal - n°59 / Avril-mai 2016 - Écrit par Jean-Baptiste Allouard

28 septembre 2016 : "Le fluvial en devenir"

PARTENARIATS

Scientifiques
• Laboratoire de recherche IFSTTAR (Institut Français des Sciences et Technologies des Transports, de l’Aménagement des Réseaux) et plus particulièrement le SPLOTT (Unité de Recherche Systèmes Productifs, Logistique, Organisation des Transports et Travail).
• Le Centre d’Études et d’Expertise sur les Risques, l’Environnement, la Mobilité et l’Aménagement (CEREMA) Nord-Picardie.

Entrepreneurial
• VNF - Voies Navigables de France (Direction nationale régionale et nationale) ;
• Wenz – Waterwegen een Zeekanaal – voies navigables en Flandre
• Voies Hydrauliques – Service public de Wallonie
• TERMINAL à containers de Bruay-sur-Escaut/Saint Saulve – Exploitant Contargo Containers Escaut Services
• Les bateliers français et belges, une trentaine de couples
• Les organisations professionnelles de la batellerie : Notre Droit, Ons Recht (BE) et la
Glissoire
• La Chambre nationale de la Batellerie artisanale (CNBA)
• Institut pour le transport par batellerie - ITB (BE)
• Delquignies Logistique, Mortagne du Nord
• CONTARGO North France (Prouvy/Haulchin), plate-forme multimodale : transport fluvial et routier ;
• Les Malteries franco-belges (Prouvy/Haulchin et Saint Saulve), transformation de l’orge en malt pour la bière et export dans le monde entier ;
• GDE/SNT (Escautpont), recyclage de déchets ;
• Denain Logistique, stockage, transport (Denain) ;
• Centrale thermique EDF (Bouchain) ;
• Unéal, (Haulchin) coopérative céréalière ;
• Unéal (Marquion) coopérative céréales ;
• Sevelnord (Lieu Saint-Amand), construction automobile ;
• FAD Fonderie Aciérie de Denain, fabrication de pièces pour les fours de cimenterie ;
• Valdunes (Trith-Saint-Léger), fabrication de roues de trains ;
• Verrerie de Masnières ;
• Club Logistique du Hainaut
• Chambre de Commerce du Grand Hainaut ;
• Chambre de Commerce de Wallonie picarde
• Port d’Anvers
• Agence de développement économique de la Porte du Hainaut
• Cimenterie CBR, groupe Heidelberg Cement, Antoing (BE)
• Carrières du Tournaisis (BE)
• Chantier naval Plaquet, Péronnes lez Antoing (BE)
• NEPTUNIA Antoing (BE)
• SODEMAF Vaulx (BE)Les Voies Hydrauliques (Région wallonne)

Les organisations professionnelles de la batellerie, association, établissement public
• La Glissoire (FR)
• La Chambre nationale de la Batellerie artisanale (CNBA)
• Institut pour le Transport par Batellerie (ITB) - Bruxelles

Centres de Formation de bateliers
• CEFA de l’EP Huy - Liège ;
• De Scheepvaartschool – Anvers

Partenaires institutionnels et financiers :

• La Communauté d’Agglomération de Valenciennes Métropole
• Ministère de la Culture et de la Communication
• VNF - Voies Navigables de France
• Conseil Régional Hauts-de-France - Dispositif Chercheur Citoyen
• Europe – Interreg IV – Programme Franco-Wallon


Accueil | Contact | Plan du site | |

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Projets   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.25 + AHUNTSIC

Creative Commons License